« J'AI ENVIE DE CONNAÎTRE LES GENS QUE J'AI À L'AUTRE BOUT DU FIL. »

Entretien avec le maître métallier Johann Sigmund au sujet de la « table ronde » MEVACO :

L'ancienne forge de maréchalerie est aujourd'hui devenue l'entreprise de construction métallique Metallbau Schmid GmbH au pied du Jura souabe. C'est Johann Sigmund qui dirige aujourd’hui cette entreprise vieille de 110 ans dans laquelle son propre père a lui aussi fait son apprentissage. Ce métallier de près de 50 ans garde la forme grâce à la course à pied. Lors de notre entretien au sujet de la table ronde MEVACO, nous découvrons également l'histoire d'une succession réussie qui n’est pas chose si courante dans le monde de l'artisanat.
Monsieur Sigmund, combien de collaborateurs avez-vous ?

Nous employons 9 personnes. Le nombre de collaborateurs a pratiquement doublé au cours des 4 dernières années. Ils étaient au nombre de 5 lorsque j'ai repris l'entreprise il y a 4 ans.

Quelle taille fait votre atelier ?

400 mètres carrés pour l'acier et 200 mètres carrés pour l'acier inoxydable. Comme l'acier inoxydable est un matériau sensible, les deux zones de l'atelier sont totalement distinctes.

À quoi ressemble votre clientèle habituelle ?

Nous avons environ 70 % de particuliers. Nous nous déplaçons beaucoup dans la région : Stuttgart, Endersbach, Heilbronn et jusqu'à Ditzingen.

Comment obtenez-vous des commandes ?

Je ne fais aucune publicité, nous n'avons encore jamais passé d'annonce. La seule chose que nous faisons, c'est de participer aux festivités de cette région industrielle. Beaucoup de gens y viennent.

Monsieur Schmid senior nous rejoint dans le bureau. L'ancien directeur de l'entreprise aujourd'hui âgé de 70 ans se joint avec bonheur à la conversation et nous raconte brièvement l'histoire de son entreprise :

(Günter Schmid :) J'ai été la quatrième génération à diriger l'entreprise. Mon père a formé le père de monsieur Sigmund. Et monsieur Sigmund senior m'a ensuite formé. Aujourd'hui, la boucle est bouclée… (rires). Ça peut surprendre et beaucoup peinent à le croire, mais c'est la pure vérité. Métallier, ça a toujours été un chouette métier ! J'ai construit pas mal de choses et j'ai même réussi des tâches complexes. C'est ça qui m'a toujours motivé. J'adore ça et en plus, nous nous entendons tous très bien. (En parlant de Johann Sigmund) Il dit qu'il n'aurait pas pu trouver mieux. Moi non plus, je n'aurais pas pu trouver mieux. (Johann Sigmund :) Nous nous sommes cherchés et trouvés. C'est plutôt rare de nos jours, une entreprise où tout se passe aussi bien !

Voilà qui sonne très positif. N'y a-t-il pas cependant quelque chose qui vous dérange dans votre travail, quelque chose que vous aimeriez bien changer ?

(il éclate de rire) Il faudrait inventer un ordinateur dans lequel on rentrerait une feuille de papier et hop, on obtiendrait le devis directement imprimé… Vous voyez ça, ce sont tous les devis que je dois encore faire (il montre un caisson plein de dossiers suspendus). C'est beaucoup de travail.

Selon vous, qu'est-ce qui fait la qualité d'un fournisseur ?

Le respect de ses engagements. La fiabilité, c'est primordial. Qu'il faille un jour ou deux, ce n'est pas le plus important. Mais si j'ai besoin de la marchandise le jour J, je dois pouvoir compter sur lui.

Qu'est-ce que vous appréciez chez MEVACO ?

Le service de livraison de MEVACO est super.

Monsieur Sigmund, pour quelle raison avez-vous participé à la table ronde MEVACO ?

Je voulais entendre les suggestions d'autres collègues. Voir si nous avions tous les mêmes idées. Je connais MEVACO depuis longtemps et Karl Fischer, le directeur commercial de la filiale de Weilheim, je le connais grâce au football. La dernière fois que je suis allé chez MEVACO, c'était il y a 15 ans lors d'une visite de l'entreprise. Et je dois dire une chose : c'est fabuleux ce que MEVACO a accompli ces derniers temps. Le déroulement de la production est organisé de façon très pointue, les processus sont hautement automatisés, c'est le jour et la nuit par rapport à avant. C'est phénoménal.

"Le déroulement de la production est organisé de façon très pointue, les processus sont hautement automatisés, c'est le jour et la nuit par rapport à avant. C'est phénoménal."

Oui, il s'est passé beaucoup de choses chez nous ces dernières années : nous avons agrandi nos locaux, le flux de production a nettement augmenté et nous proposons désormais des délais de livraison garantis pour les produits sur mesure. Autre nouveauté, nous souhaitons échanger davantage avec nos clients. Qu'en pensez-vous ?

Je trouve ça bien. J'ai envie de connaître les gens que j'ai à l'autre bout du fil. Je n'aimerais pas avoir quelqu'un au téléphone pendant des années et apprendre soudain qu’il n’est plus là. Je me dirais alors : à quoi pouvait-il bien ressembler ? Lors de la table ronde, je ne connaissais que Karl Fischer. J'ai fait la connaissance de madame Fleer et des autres personnes qui ont visité la production.

Qu'avez-vous retiré des échanges avec vos collègues et avec un fabricant de tôle perforée et de métal déployé ?

Nous avons échangé entre nous. Du genre : comment les autres serruriers fabriquent-t-ils leurs garde-corps ? Ça nous a donné quelques idées. Encore une fois, je trouve ça bien de connaître personnellement les gens de MEVACO. Et en plus, je sais maintenant que MEVACO a une machine de découpe laser !

"Et que le déroulement de la production soit aussi optimisé, je trouve ça extraordinaire. Vraiment, chapeau !"

Qu'est-ce que vous avez particulièrement apprécié lors de la visite de l'entreprise MEVACO ?

La propreté de MEVACO : tout y est parfaitement ordonné, le personnel est très professionnel. C'est très impressionnant. Honnêtement, je ne m'attendais pas à ça.

L'image que vous avez de MEVACO a-t-elle changé depuis la table ronde ?

Je savais déjà que MEVACO était une bonne entreprise. Mais je ne pensais pas que tout serait aussi impeccable. Et que le déroulement de la production soit aussi optimisé, je trouve ça extraordinaire. Vraiment, chapeau !

Reviendrez-vous à la prochaine table ronde ?

Oui, bien sûr !

De quoi êtes-vous fier dans votre travail ?

„De tout : quand j'arrive ici le matin, j'allume la lumière et hop, ça commence. Je vis pour ça. Je suis heureux d'être là. Je suis fier des gens qui travaillent pour moi.“

Revenir au début de la page