« NOUS FABRIQUONS TELLEMENT DE GARDE-CORPS DIFFÉRENTS ; CHEZ NOUS, LE STANDARD N’EXISTE PAS ! »

Entretien avec Rainer Plessing au sujet de la créativité

Le centre-ville de Remseck abrite à la fois l'atelier, le bureau et la résidence de Rainer Plessing. Onze collaborateurs y travaillent sur un site de près de 350 mètres carrés. Le grand-père de Rainer Plessing, qui a repris l'entreprise en 1931, a participé activement à la vie de la commune en son temps et son père était maître artisan de la corporation. Rainer Plessing a repris ces deux fonctions et est un passionné de sport, de géographie et d'histoire à ses heures perdues.
Monsieur Plessing, à quoi ressemble votre clientèle habituelle ? De qui obtenez-vous des commandes ?

En général, ce sont les clients qui nous contactent. Je réalise environ 70 % de mon chiffre d'affaires avec des entreprises industrielles. Avant, les entreprises avaient leurs propres serruriers en interne, mais tout est externalisé aujourd'hui. Les 30 % de commandes restantes proviennent de la commune, d'architectes et de particuliers.

Quel a été votre projet le plus intéressant en 2014 et pourquoi ?

Ces derniers temps, j'ai travaillé plusieurs fois pour un artiste. J'ai particulièrement aimé travailler sur le projet artistique des « flammes d'eau » l'année dernière (voir la photo). L'artiste Branko Smon vit ici à Remseck et sa notoriété dépasse la région. Nous avons déjà réalisé ensemble de nombreux projets artistiques de son cru. Pour les « flammes d'eau », il a imaginé le projet et nous l'avons réalisé. Les médias ont souvent publié des photos de l'œuvre. Nous n'en sommes pas peu fiers, et notre maire aussi !

Avant, il y avait ici à Aldingen – un quartier de Remseck – une grande entreprise spécialisée dans l'aménagement intérieur. Salles de concert, opéras, un peu de tout. Nous avons surtout fabriqué des pièces en acier. J'étais également à Berlin au moment de la construction de la Petite Philharmonie. J'ai même assisté à la visite du chef d'orchestre Herbert von Karajan. Un moment inoubliable. Nous étions tous silencieux. Le vieil homme est entré lentement dans la salle et en a étudié l'acoustique. C'était très impressionnant.

Qu'est-ce qui vous énerve dans votre travail, qu'est-ce que vous aimeriez changer ?

(Il répond sans hésiter :) La bureaucratie ! Et la réglementation. Maintenant, tout est plus ou moins réglementé. Et malheureusement, la réputation de notre métier à l'extérieur laisse vraiment à désirer. Le serrurier grossier n'existe plus. Par exemple, nous allons à des expositions d'art, mais les gens ne le soupçonnent pas ou ne le croient pas. On passe souvent un peu pour des rustres. Mais je ne crois pas que ça puisse changer aussi vite. Et d'ailleurs : il y a un musée pénitentiaire à Ludwigsbourg. Il abrite une guillotine. Sur les 10 dernières personnes à avoir été guillotinées, 8 étaient des serruriers. N'est-ce pas curieux ? (Il sourit)

Oui, c'est vraiment curieux ! Évoquons maintenant un autre sujet, monsieur Plessing : Selon vous, qu'est-ce qui fait la qualité d'un fournisseur ?

Un fournisseur doit avant tout respecter les délais. S'il s'engage sur un délai, il doit le tenir. Et on doit pouvoir facilement le contacter. Je veux dire que quand on appelle, on doit tout de suite pouvoir lui parler. Le prix est plutôt secondaire. Le plus important pour moi, c'est d'avoir un bon contact avec l'entreprise et de pouvoir compter sur les délais annoncés.

Qu'est-ce que vous appréciez chez MEVACO ?

D'abord la rapidité de livraison, c'est important. Et ensuite, l'amabilité des interlocuteurs au téléphone. On n'a jamais l'impression de déranger. Et puis, certes un détail, mais qui est toujours bien apprécié : les bonbons. Chaque livraison est accompagnée d'un petit sachet. Il a beaucoup de succès à chaque fois. MEVACO est connu pour ça. Récemment, nous avons reçu des bonbons de la part d'un autre fournisseur et nous avons tout de suite pensé à MEVACO.

Selon vous, votre travail requiert-il de la créativité ?

Oui, bien sûr. L'année dernière par exemple, j'ai eu deux grosses commandes. Le client n'a réellement imposé que les conditions de base. Il m'a seulement dit : « Voilà, ça doit ressembler à peu près à ça ! », puis : « Vas-y ». Le client avait son propre architecte interne qui travaillait dans toute l'Allemagne et qui n'avait donc pas le temps pour ces projets. J'ai dû tout réaliser moi-même. Pour la planification, la réalisation et les finitions, je n'avais même pas de réelles directives. L'important, c'était le résultat. Comment y parvenir, le client s'en fichait au bout du compte. J'ai donc pu étudier la question à fond et j'avais carte blanche. J'ai trouvé ça vraiment passionnant. C'est un vrai défi et on se pose plein de questions : comment faire ceci ou cela ? Quel matériau utiliser ? Et ainsi de suite. Pour moi, la créativité ne se limite pas à l'art, elle est présente à toutes les étapes du processus. Comment procéder pour obtenir à la fin le produit souhaité ? Et c'est ça qui est formidable : nous ne sommes pas toujours obligés de travailler d'après des dessins d'architectes sans aucune marge de manœuvre, mais nous pouvons apporter nos propres idées. La créativité est également de mise pour les projets des particuliers. Surtout lors de la phase de conseil. Je peux me montrer très créatif dans mes propositions.

Est-ce important pour vous de satisfaire même les souhaits originaux de vos clients ?

Bien sûr, c'est la cerise sur le gâteau. Ce sont les choses qui sortent de l'ordinaire qui nous permettent de nous évader du quotidien. Et ces projets sont particulièrement source de fierté. Ils nous permettent de nous démarquer de la concurrence. Il ne faut pas avoir peur des nouveaux projets.

"D'abord la rapidité de livraison, c'est important. Et ensuite, l'amabilité des interlocuteurs au téléphone. "

Parmi vos commandes, combien sont standard et combien sont « spéciales » ?

Nous fabriquons tellement de garde-corps différents ; chez nous, le standard n'existe pas !

"J'aimerais de plus en plus acheter des produits préfabriqués. J'ai déjà essayé et constaté que ça facilite vraiment mon travail."

Aimez-vous les solutions créatives ou trouvez-vous qu'elles demandent trop d'investissement ?

Oui, j'aime beaucoup. Et j'ai également un maître artisan qui excelle en créativité. Il adore ce type de projets, mais moi aussi j'aime bien travailler dessus.

Que préférez-vous entre le bureau et l'atelier ?

Pas le bureau, ça c'est sûr. Mais j'y passe malheureusement 90 % de mon temps. Je ne peux pas faire autrement avec une entreprise de cette taille. Pour être vraiment honnête, je préfère travailler le samedi. Nous devons généralement nous rendre dans les entreprises industrielles qui ne peuvent nous recevoir que ce jour-là. J'emmène alors de bons collaborateurs, je ne suis pas dérangé par le téléphone et je peux travailler un peu sur la pièce.

Utilisez-vous souvent l'offre de produits sur mesure MEVACO ?

J'ai commandé un produit pas plus tard que la semaine dernière. Une tôle perforée avec une bordure sur tout le pourtour. Mais comme nous avons nous-mêmes une cisaille à tôles et de quoi chanfreiner, nous faisons beaucoup de pièces nous-mêmes. Mais j'aimerais de plus en plus acheter des produits préfabriqués. J'ai déjà essayé et constaté que ça facilite vraiment mon travail.

Connaissez-vous bien les produits sur mesure MEVACO ? Réussissez-vous facilement à configurer les produits ?

Je dois avouer que je n'ai pas encore vraiment essayé.

Puis-je vous montrer tout ce qui existe ? (Nous consultons ensemble le catalogue.) Voilà une page spéciale pour le métal déployé, deux pour les tôles perforées et une pour le grillage. Vous pouvez ensuite commander par téléphone ou en ligne.

Oh, c'est super. Comme pour la pièce la semaine dernière, avec une bordure sur tout le pourtour. Les pièces ont été commandées pour un projet d'habillage ultérieur de garde-corps. S'il s'agit de perforations carrées en ligne, nous pouvons les répartir et les couper nous-mêmes. Mais si ce sont des perforations en quinconce, ça vaut le coup de les commander toutes prêtes, que ce soit par téléphone ou sur Internet. Mais c'est bien de savoir tout ce qu'il est possible de faire avec MEVACO. C'est super.

De quoi êtes-vous fier dans votre travail ?

„De fabriquer un produit durable. Je suis toujours heureux de passer devant un produit que mon père ou moi avons réalisé il y a 20 ou 30 ans. C'est bien de pouvoir revoir régulièrement son travail. C'est ce qui est chouette dans notre métier. Pas comme le boulanger ou le boucher. Leurs produits disparaissent après consommation (il sourit).“

Revenir au début de la page